Climat & Territoires : Replay et synthèse des échanges

Quels liens entre agriculture et changement climatique ? Quels leviers d’actions pour les collectivités ? Retrouvez le replay du webinaire organisé par la FNAB le 2 février 2024 ainsi que la synthèse des échanges.

Le changement climatique représente un enjeu majeur auquel doit aujourd’hui faire face la société toute entière. Pour s’adapter, il faut anticiper. Anticiper implique de réfléchir à des solutions pérennes sur le long terme, d’ investir du temps pour en gagner plus tard. Les agriculteurs bio, avec les groupements du réseau de la FNAB, travaillent à des leviers d’action pour atténuer le changement climatique et adapter leurs pratiques. L’objectif de ce webinaire : présenter les actions du réseau et échanger autour de leviers à la disposition des collectivités qui souhaitent s’impliquer sur ces problématiques.

Un webinaire à destination des collectivités sur les atouts de l'agriculture biologique pour faire face au changement climatique

Les intervenants :

  • Guillaume Geffard, maraîcher bio à Saint-Pierre-des-Corps
  • Nicolas Orgelet, Vice-président de l’agglomération de Blois (Agglopolys) chargé du suivi et de la mise en œuvre du Plan Climat, Conseiller municipal de Blois et élu référent du Projet Alimentaire Territorial au syndicat mixte Pays des Châteaux
  • Johanna Manteau, chargée de mission Climat à la Fnab
  • Delphine Ducoeurjoly, chargée de mission Territoires bio à la Fnab

Présentation d'une ferme maraichère installée grâce au Projet Alimentaire Territorial de sa collectivité

Guillaume Geffard et Jeanne Métayer
Guillaume Geffard (co-gérant) et Jeanne Métayer (salariée, co-gérante)

Guillaume Geffard est maraicher à Saint-Pierre-des-Corps. Son installation a été rendue possible grâce au PAT porté par sa collectivité. Aujourd’hui, la ferme vend principalement en circuit court. Intensive en main d’oeuvre (4,5 personnes à plein temps du 3 ha !), elle est un atout pour l’économie de son territoire.

Guillaume a réalisé un diagnostic ACCT FNAB dans le cadre d’un projet d’acquisition de connaissances sur l’impact de l’agriculture biologique sur le climat porté par BioCentre. Ce diagnostic permet à l’agriculteur d’acquérir des références pour s’améliorer sur sa ferme et savoir hiérarchiser les leviers d’atténuation du changement climatique. Le diagnostic climat de la FNAB trouve toute sa pertinence lorsqu’il est accompagné d’un plan d’action à l’échelle de la ferme, d’un collectif de fermes ou d’un territoire. Les fermes bio, par leurs pratiques qui s’inscrivent dans une approche systémique, agissent aussi sur l’eau, la fertilité des sols et la biodiversité. A noter que la FNAB a également mis en place un diagnostic « biodiversité » proposé dans le cadre du Label FNAB. Les collectivités peuvent s’emparer de ces outils pour créer de nouveaux dialogues entre agriculteurs et acteurs d’un même territoire et s’accorder sur un plan d’action cohérent à toutes les échelles.

ACCT FNAB Pour rappel, le diagnostic climat ACCT-FNAB est un diagnostic qui permet d’établir le bilan GES et énergétique d’une exploitation. Ce diagnostic est gratuit, réalisé par une personne formée. Ce diagnostic a été co-construit par Solagro et le réseau FNAB pour évaluer l’impact des fermes bio sur le climat dans une perspective d’amélioration des pratiques. Il peut également servir à des fermes conventionnelles. Ce diagnostic porte un regard sur l’ensemble de la ferme pour favoriser une approche système en vue de l’élaboration d’un plan d’action. Ce diagnostic multi-filières permet en outre d’aborder la question du changement climatique dans l’ensemble des productions bio, avec un module spécifique pour le maraichage.

Initiative de territoire en faveur de la bio : liens entre les Plans Climat d'Agglopolys et de l'Entente et le Projet Alimentaire Territorial (PAT) du Pays des Châteaux (Loir-et-Cher)

Pays des Chateaux

Les élus du Pays des Châteaux porte un Projet Alimentaire Territorial à l’échelle de son bassin de vie, sur lequel sont situées trois intercommunalités (Agglopolys, l’agglomération de Blois ; la Communauté de communes du Grand Chambord ; la Communauté de communes de Beauce-Val de Loire). A l’échelle du Pays des Châteaux, un Plan Climat est porté par les élus d’Agglopolys et un autre Plan Climat mutualisé est porté par les élus de la Communauté de communes du Grand Chambord et la Communauté de communes de Beauce-Val de Loire. Il est donc nécessaire pour les élus et agents techniques de faire du lien en continu entre ce PAT et les 2 Plans Climat pour apporter un maximum de cohérence territoriale, notamment lorsqu’il s’agit de politiques publiques en faveur de la bio.

Pour construire leur Plan Climat, les 3 intercommunalités ont choisi d’élaborer les fiches actions de leur Plan Climat en tenant compte du plan d’actions du PAT du Pays des Châteaux et en profitant de la gouvernance large sur lequel celui-ci s’appuie.

En effet, au Pays des Châteaux, il existe un conseil local de l’alimentation (CLA) qui réunit tous les acteurs du système agricole et alimentaire et où se co-construisent l’ensemble des mesures du PAT. Cette organisation est bénéfique pour équilibrer les rapports de force et permettre que les fiches actions soient conformes, dans leur contenu, aux décisions prises collégialement.

Ainsi, une étude CLIMAGRI, portée par Solagro et la chambre d’agriculture, a été faite à l’échelle du PAT. Cette étude a permis de traduire les enjeux de la COP en scénarios concrets et objectivables à l’échelle du territoire. De cette étude ressort l’objectif de passer à 40% de bio sur le territoire en 2050, contre seulement 5% à l’heure actuelle. Une démarche ACCLIMAGRI (pour accompagner les agriculteurs du territoire dans l’adaptation et l’atténuation face au changement climatique) a également été enclenchée, mobilisant conjointement le groupement bio du département (GABLEC 41), la chambre d’agriculture et l’ADEAR. En tant qu’élu, Nicolas Orgelet fait en sorte de créer des passerelles entre ces différents acteurs et les invite à travailler ensemble autant que possible. En termes de financements, le Pays des Châteaux s’appuie sur la Fondation Carasso, la Région (via le Contrat Régional de Solidarité Territoriale) et des fonds LEADER via le GAL. Des financements de l’Etat (via le plan de relance) et de l’Ademe ont également été obtenus.

Synthèse des échanges et discussions qui se sont tenues au cours du webinaire

Plusieurs participants ont insisté sur la nécessité de travailler sur l’adaptation au changement climatique et pas uniquement sur les pratiques d’atténuation. Dans le Sud notamment, les épisodes de sécheresse à répétition ont plongé les agriculteurs dans une situation d’extrême vulnérabilité. Il devient urgent de leur proposer des solutions pour pérenniser leur activité. La question de la reconception des systèmes agricoles devrait être mieux abordée à l’échelle des territoires, ce qui permettrait à des fermes d’ancrer leur démarche propre dans une démarche plus globale, en réponse aux ambitions des territoires. 

La collectivité peut agir sur le climat en priorisant les actions pour lesquelles elle a des compétences obligatoires et des financements dédiés pour lui permettre de les exercer. Par exemple sur l’eau, elle est légitime à agir et les agences de l’eau peuvent intervenir en soutien pour le cofinancement des actions qu’elle souhaite mettre en place.

La question de la gouvernance des projets est décisive et les élus ont un rôle important à jouer pour réguler les rapports de force sur leur territoire et faire en sorte que l’intérêt général prévale sur les intérêts particuliers.

  • L’agriculture victime du changement climatique (diapo 6 +7 du webinaire) : Rapport du GIEC, 2021
  • Le livre blanc du programme TETRAA concernant les leviers à disposition des collectivités pour travailler sur l’atténuation et l’adaptation de l’agriculture face au changement climatique (mai 2023).
  • Biodiversité et agriculture : Baisse des effectifs des oiseaux : CNRS/MNHN
  • Biodiversité et agriculture : Baisse des effectifs des insectes : via Le Monde
  • Biodiversité et agriculture : causes de l’effondrement de la biodiversité : INRAe
  • Eau et agriculture : projection des débits des cours d’eau et autres impacts pour l’agriculture : INRAe
  • Eau et agriculture : Etat des masses d’eau souterraine : MASA
  • Carbone et agriculture : Capacité des sols à stocker du carbone et pratiques mieux disantes : INRAE
  • Impact de l’agriculture sur les émissions de GES su sol Français : Haut Conseil pour le Climat
  • Empreinte carbone de l’alimentation des français·es : ADEME
  • Trajectoire GES prévisionnelle d’ici à 2030 (diapo 13) : MASA, DGPE, via concertation des acteurs de l’agriculture (PROVISOIRE)
  • Enjeu Bio et Biodiversité : l’AB préserve la biodiversité : Bengtsson, J., Ahnström, J., Weibull, A.C., 2005. The effects of organic agriculture on biodiversity and abundance: a meta-analysis. Journal of Applied Ecology 42: 261-269.
  • Enjeu Bio et adaptation au climat : Scénario INRAe pour le MASA, dans le cadre de la SNBC (hypothèses sur les rendements Bio et leur résistance plus forte aux choc climatique p10-11)
  • Enjeu Bio et énergie : L’action sur les engrais et l’alimentation animale prioritaire : ADEME, SOLAGRO, CTIFL, ASTREDHOR, ARVALIS, FNCUMA, IDELE, IFIP, ITAVI, 2018 – « Agriculture et efficacité énergétique : propositions et recommandations pour améliorer l’efficacité énergétique de l’agriculture des exploitations agricoles en France », 85 pages.
  • Construire son plan d’action à l’échelle territoriale, quelques outils : Climat HD (météo passée), CCexplorer (analogues climatiques), ALDO (stock et stockage carbone), ClimAgri (Bilan GES/énergie), PARCEL (simulation changement modèle agricole), ACCT FNAB (Bilan GES/energie fermes Bio).
  • Le bilan d’un projet FNAB sur le climat impliquant des collectivités : Réseau Bio Climat
  • Les infographies sur le climat réalisées par le réseau FNAB
  • Le recueil de témoignages d’agricutleur·ices qui s’adaptent au changement climatique
  • Cultiver l’avenir, le podcast de la FNAB : 4 épisodes sur le climat sur toutes les plateformes!
  • Le décryptage du marché du carbone par la FNAB

Ceci peut aussi vous intéresser

Cantine bio FNAB

Le bio dans les cantines : où en sommes-nous ?

Se fondant sur les télédéclarations des restaurants collectifs sur la plateforme gouvernementale Ma Cantine, l’administration a publié en mars 2024 son rapport sur la mise en œuvre de la loi EGAlim et le suivi des approvisionnements durables et de qualité de la restauration collective.

Restez informé·e !

La newsletter mensuelle « Territoires bio » rassemble chaque mois de nouvelles actualités, outils et retours d’expériences de collectivités locales engagées.

Veuillez renseigner votre adresse e-mail pour vous abonner à la newsletter.

Inscrivez-vous a notre newsletter !