Favoriser les conversions en bio

Chaque année de nouveaux agriculteurs et agricultrices passent le cap et s’engagent en agriculture biologique. Pourtant, la protection des ressources naturelles ou l’atteinte des objectifs nationaux du Plan Ambition Bio nécessiterait d’accélérer le rythme, dans tous les territoires.

Les collectivités locales peuvent agir pour créer un contexte favorable au développement de l’agriculture biologique sur leurs territoires, et notamment dans le domaine des conversions en bio des agriculteurs en place.

Les collectivités locales sont nombreuses à inciter les agriculteurs de leurs territoires à passer en bio. Mais concrètement, est-ce rentable pour les agriculteur.trice.s ? La conversion participe-t-elle à améliorer la résilience des exploitations agricoles ? Retour sur quelques études récentes sur le sujet.
Eau de Paris a créé son propre régime régime d’aide notifié afin de rémunérer les pratiques agricoles qui protègent la ressource en eau.
Douaisis Agglo, en coopération avec le Conseil Régional des Hauts-de-France, a mis en oeuvre trois dispositifs d’aides agricoles sur son territoire, dont une aide pouvant aller jusqu’à 16.000 € pour les agriculteurs conventionnels évoluant vers l’agriculture biologique
La zone test du Raquet, ce sont des parcelles propriété d’une collectivité locale, Douaisis Agglo, mises à disposition pour permettre aux agriculteurs conventionnels du territoire de tester la bio en grandes cultures
Depuis 2018, Eaux de Vienne a instauré un « tarif vert » pour les agriculteurs pratiquant une agriculture durable, favorable à la qualité de la ressource en eau

Restez informé !

La newsletter mensuelle « Territoires bio » rassemble chaque mois de nouvelles actualités, outils et retours d’expériences de collectivités locales engagées.

Veuillez renseigner votre adresse e-mail pour vous abonner à la newsletter.

Inscrivez-vous a notre newsletter !