Sécuriser les installations en mobilisant les acteurs de la formation et de l’emploi sur votre territoire

En Dordogne, le Groupement d’Agriculture Biologique départemental, Agrobio Périgord, propose depuis 2015, avec le soutien de Pôle Emploi, une formation spécifique pour les demandeur-euse-s d’emploi candidat-e-s à l’installation en bio.

En Dordogne, le Groupement d’Agriculture Biologique départemental, Agrobio Périgord, propose depuis 2015 aux demandeur-euse-s d’emploi candidat-e-s à l’installation en bio le Certificat de Pratiques Professionnelles en Agriculture Biologique (CPP-AB).

Ce dispositif de formation, unique en France, proposé avec le soutien de Pôle Emploi, a été mis en place suite à un constat : les nouveaux profils d’installé-e-s non issu-e-s du milieu agricole ont besoin d’expérience pratique sur le terrain.

L’expérience acquise en formation (en BPREA notamment) est souvent trop faible (8 à 10 semaines de stage).

L’objectif du CPP-AB est donc de proposer une première expérience conséquente sur une ferme bio (ou deux), aux côtés d’un référent professionnel. Cela permet de sécuriser les futures installations !

Aujourd’hui, de nombreuses personnes ayant un projet d’installation en agriculture, et a fortiori en agriculture biologique, viennent d’autres secteurs d’activité : on les appelle les NIMA, pour « Non-Issu-e-s du Milieu Agricole« . Quasiment deux tiers (62 % en 2017) des porteurs et porteuses de projet se présentant au Point Accueil Installation n’ont en effet pas d’origine agricole.

Le modèle traditionnel où l’installation (et donc la transmission) s’opère au sein d’une même famille continue bien sûr d’exister. D’ailleurs, si les NIMA sont très nombreux-euses parmi les candidat-e-s à l’installation, on recense seulement un tiers d’installation « hors cadre familial » (31 % en 2018) parmi les installations aidées bénéficiant de la Dotation Jeune Agricuteur (DJA).

Si certain-e-s NIMA vont choisir de s’installer sans la DJA, d’autres doivent renoncer à leur projet. Plusieurs hypothèses peuvent expliquer ces « abandons » :

  • Les difficultés d’accès au foncier agricole pour ces NIMA ;
  • Les problématiques de financement, notamment pour les installations en élevage ou grandes cultures où les investissements sont plus importants, ou lorsque les projets sont qualifiés d' »atypiques » par les banque et les organismes agricoles ;
  • Le manque d’accompagnement de ces porteurs et porteuses de projet qui sont complètement extérieur-e-s au monde agricole et doivent donc s’informer, se former, se professionnaliser, s’intégrer… ;
  • Une prise de conscience par rapport à la réalité du travail en agriculture qui les détourne finalement de l’installation.

Le Certificat de Pratiques Professionnelles en Agriculture Biologique est financé à 100 % par Pôle Emploi (Aide Individuelle à la Formation), sous réserve de la validation par le-la Conseiller-ère Pôle Emploi.

Il se déroule sur 399 heures, essentiellement réalisé en situation professionnelle. Il permet ainsi d’acquérir les gestes pratiques et d’appréhender la gestion d’une entreprise agricole bio de manière très concrète.

La formation est également adaptée aux besoins de la personne ; Agrobio Périgord accompagne notamment les candidat-e-s :

  • à définir leurs objectifs,
  • à trouver la ferme qui correspondra à leurs attentes,
  • à définir le rythme hebdomadaire et sur l’année permettant de pouvoir mener en parallèle leur projet d’installation.
 

En 2018, 6 demandeur-euse-s d’emploi avec un projet d’installation ont pu bénéficier de ce dispositif dans le département, 5 en 2019.

Début 2020, 3 étaient d’ores et déjà installés ; 3 autres étaient passés en espace-test et prévoyaient de s’installer dans l’année à venir.

Ce dispositif pourrait être répliqué sur nombre de territoires, en lien avec Pôle Emploi et le Groupement d’Agriculture Biologique local.

Avec le soutien du Conseil Régional Nouvelle-Aquitaine et de l’Union européenne, Agrobio Périgord propose également un deuxième dispositif de formation plus long : Maîtrise des pratiques professionnelles.

Ceci peut aussi vous intéresser

Passer en bio, est-ce rentable ?

Les collectivités locales sont nombreuses à inciter les agriculteurs de leurs territoires à passer en bio. Mais concrètement, est-ce rentable pour les agriculteur.trice.s ? La conversion participe-t-elle à améliorer la résilience des exploitations agricoles ? Retour sur quelques études récentes sur le sujet.

Des Territoires Bio en Occitanie

Une publication récente de la DRAAF Occitanie met en avant des initiatives territoriales inspirantes et des recommandations méthodologiques.

Restez informé !

La newsletter mensuelle « Territoires bio » rassemble chaque mois de nouvelles actualités, outils et retours d’expériences de collectivités locales engagées.

Veuillez renseigner votre adresse e-mail pour vous abonner à la newsletter.

Inscrivez-vous a notre newsletter !