Les espaces-tests agricoles, un dispositif spécifique d’accompagnement à l’installation

Depuis quelques années, les collectivités sont de plus en plus motrices dans la mise en place d’un espace-test agricole.

Un espace-test agricole, ça sert à quoi ?

L’espace-test agricole permet à des candidat-e-s à l’installation en agriculture de vérifier la faisabilité et la viabilité de leur projet en démarrant une activité de production en conditions réelles, mais dans un cadre sécurisé.

Espaces-tests agricoles, késako ?

Test d’activité agricole, lieu test, couveuse, pépinière, incubateur… De nombreux termes sont utilisés pour parler d’Espace-Test Agricole. Le Réseau National des Espaces-Tests Agricoles (RENETA) propose une définition bien précise :

« L’Espace-Test Agricole désigne une entité fonctionnelle, coordonnée, réunissant l’ensemble des conditions nécessaire au test d’activité. Il a comme fonctions fondamentales la mise à disposition :

  • D’un cadre légal d’exercice du test d’activité […] Fonction « Couveuse »
  • De moyens de production (foncier, matériel, bâtiments…) Fonction « Pépinière »
  • D’un dispositif d’accompagnement et de suivi, multiforme Fonction « Accompagnement »

Pour mener à bien ses missions, l’Espace-Test Agricole est animé et coordonné dans une logique d’ouverture, d’ancrage territoriale et de partenariat Fonction « Animation-Coordination ».

Le lieu test désigne un lieu physique, support à des tests d’activité, qui peut être

  • Temporaire : lorsque le test se déroule sur le futur lieu d’installation du porteur ou de la porteuse de projet.
  • Permanent : lorsque le test se déroule dans un lieu dédié, que le porteur ou la porteuse de projet doit quitter à l’issue du test.

L’espace-test est un dispositif qui prend acte de la baisse des transmissions familiales en agriculture et du développement en parallèle des candidat-e-s à linstallation non issu-e-s du milieu agricole (NIMA).

Il permet en effet d’appuyer ces nouveaux profils et faciliter leur installation ; il participe à la sécurisation des reconversions professionnelles en levant les freins rencontrés par ces publics : manque d’expérience et de pratique du métier, gestion de la transition entre mode de vie « urbain » et activité agricole, accès au foncier et au logement, insertion personnelle et professionnelle dans les territoires et le milieu agricole, volonté de développer progressivement l’entreprise…

L’espace-test n’est pas réservé aux NIMA. Les enfants d’agriculteurs peuvent également passer par le test agricole. C’est notamment le cas quand il y a l’installation n’a pas lieu sur la ferme familiale ou quand ils veulent changer de manière importante le système de production.

L’espace-test agricole permet aussi de développer le travail collectif et coopératif en agriculture (lieux de test d’activité souvent collectifs, avec mutualisation du matériel, échanges de services, entraide…) et peut créer de nouvelles formes de coopération territoriale (entre acteurs du monde agricole, enseignement agricole, collectivités locales…).

L’espace-test agricole, un outil adapté aux besoins des NIMA

L’Espace-Test Agricole semble bien répondre aux besoins des candidat-e-s à l’installation en agriculture non issu-e-s du milieu agricole :

  • Le test d’activité permet l’acquisition de compétences (techniques, commerciales…) et la confrontation à la réalité du métier (engagement physique…) ;
  • Les conditions juridiques des personnes en test (contrat CAPE, statut d’entrepreneur salarié) permettent de fluidifier l’entrée dans la profession et de limiter les risques pris ;
  • Le test d’activité répond souvent aux besoins d’accompagnement des personnes ;
  • Le tutorat paysan, les formations, l’écosystème de l’ETA en général sont des moyens pour rencontrer des paysan-ne-s, s’intégrer au territoire et gagner en crédibilité.

 

Les espaces-tests agricoles complètent ainsi dautres dispositifs existant dappui à linstallation (formations compagnonnage ou tutorat…).

Des soutiens de plus en plus nombreux de collectivités territoriales

Même si les espaces-test sont une forme récente d’appui à l’installation (moins d’une quinzaine d’années), il est possible d’observer d’ores et déjà des évolutions :

  • Initialement, ils émanaient d’associations de développement agricole et rural (ADEAR, CIVAM, AFIP, GAB…) et/ou d’établissements d’enseignement agricole, en lien notamment avec les besoins des publics sortant de BPREA. De nombreux établissements – Lycée agricole de Blois, CFPPA de Coutances, EPLEFPA de Fayl-Billot, CFPPA du Vaucluse, EPL Digne Carmejane, CFPPA de Saint-Affrique… –, se sont associés à d’autres partenaires pour mettre en place un espace-test agricole en leur sein, leur ferme pouvant accueillir un lieu test.
  • Depuis quelques années, les collectivités sont de plus en plus motrices dans la mise en place d’un espace-test agricole, et dans son animation ensuite – par exemple : La couveuse d’activités maraichères (Le Havre Seine Métropole, Seine Maritime), L’Essor Maraicher (Gaillac-Graulhet, Tarn) Champs du partage (Grand Angoulême, Charente), ENVOLS (Metz Métropole, Moselle), ETAP (PNR du Perche)…

Des liens étroits entre espaces-tests et réseau FNAB

La FNAB et le Réseau National des Espaces-Tests Agricoles (RENETA) sont liés par une convention de partenariat depuis 2015 mais les collaborations locales entre ETA et groupements datent parfois de bien plus longtemps !

Sur le territoire, les groupements du réseau FNAB sont souvent des partenaires « naturels » des espaces-tests. Comme la plupart des espaces-tests agricoles sont en bio, le réseau FNAB peut être mobilisé sur les aspects : accompagnement et formation des personnes en test, animation des paysan-ne-s tuteur-trice-s.

Les GAB peuvent avoir le rôle de prescripteurs en orientant des porteurs et des porteuses de projet en AB vers les lieux tests de leur territoire.

Les GAB peuvent également être à l’origine de la création d’un espace-test agricole et ainsi concourir dans le temps à sa coordination et son animation.

L’espace-test agricole revêt pour les collectivités plusieurs attraits : en plus de participer à la dynamique territoriale dinstallation et de renouvellement des générations en agriculture sur leur territoire, l’espace-test leur permet également la plupart du temps de relocaliser la production agricole (via la restauration collective ou le circuit court, souvent choisi par les personnes en test quand ce mode de commercialisation n’est pas posé comme condition à la candidature au sein de l’espace-test). Le dispositif peut être un des outils d’une politique agricole et alimentaire de territoire.

Les collectivités peuvent soutenir les espaces-tests agricoles selon différentes modalités : mise à dispositif de terres agricoles, proposition de débouchés commerciaux, soutien financier

Pour les collectivités intéressées, le RENETA, partenaire de la FNAB, propose un accompagnement à la création d’espaces-tests agricoles.

Ceci peut aussi vous intéresser

[Webinaire] Filières bio territorialisées : présentation et analyse

Après un premier webinaire de présentation générale des filières agro-alimentaires, les collectivités membres du projet « FilTerBio – filières bio territorialisée » soutenu par l’Office Français de la Biodiversité, ont pu assister à un second webinaire présentant les particularités de ces filières par rapport aux filières agro-alimentaires traditionnelles.

Restez informé !

La newsletter mensuelle « Territoires bio » rassemble chaque mois de nouvelles actualités, outils et retours d’expériences de collectivités locales engagées.

Veuillez renseigner votre adresse e-mail pour vous abonner à la newsletter.

Inscrivez-vous a notre newsletter !