Communauté d’agglomération de GrandAngoulême

Découvrez l’expérience du territoire de la Communauté d’agglomération du GrandAngoulême en route vers la bio.

Carté d'identité du territoire

Territoire

  • Communauté d’agglomération de GrandAngoulême
  • 38 communes, 146 500 habitants
  • Région Nouvelle Aquitaine, Département Charente, Agence de l’Eau Adour Garonne

  

Caractéristiques agricoles

  • Productions dominantes : grandes cultures + un peu de vigne à l’ouest (influence du Cognac)
  • Surface agricole utile (SAU) : 25 825 ha dont 1579 ha en bio (pour 49 exploitations), soit 6% de la SAU en bio
carte territoire angouleme

Actions mises en oeuvre

Introduction

Dès 2013, les 38 communes du Schéma de Cohérence Territoriale de l’Angoumois, animé par le Syndicat Mixte de l’Angoumois (SMA), avaient été accompagnées pour prendre en compte des enjeux de Trames Verte et Bleue. Au cœur de nombreuses vallées, affluentes du fleuve Charente, ce territoire est situé en amont du bassin d’alimentation de captage de Coulonges Saint Hippolyte (Charente Maritime), sur des zones à forte vulnérabilité pour la qualité de leur eau potable. Les élus ont donc été interpellés par les acteurs de l’eau dont l’Agence de l’Eau Adour Garonne, sur les problématiques de qualité et de quantité de la ressource eau du territoire. Cet enjeu de solidarité de bassin de production et de bassin de consommation s’ajoutait aux enjeux propres du territoire, touchant à la santé et à la sécurité des populations mais aussi à son développement économique.

La mobilisation des élu·es autour de ces problématiques a amené le SMA à intégrer le réseau national des sites pilotes « Eau & Bio », animé par la FNAB. Il s’agissait dans un premier temps d’apporter un témoignage sur la place de la planification territoriale et des documents d’urbanisme dans la prise en compte des problématiques environnementales. Dans un second temps, le SMA s’est inspiré d’autres expériences du réseau pour monter un projet, en partenariat local avec AgroBio Poitou-Charentes et l’Agence de l’Eau Adour Garonne, qui s’est intitulé « le projet Eau et Bio ». La fusion au 1er janvier 2017 des trois communautés de communes et de la communauté d’agglomération Grand Angoulême, formant le SCoT, a induit une dissolution du Syndicat Mixte de l’Angoumois. Le projet fut ainsi repris dans son animation et son pilotage par la nouvelle intercommunalité.

Rapidement, le nouveau GrandAngoulême s’est engagé à formaliser sa politique agricole et alimentaire au travers d’un Projet Agricole et Alimentaire Territoriale Durable. Lauréate en 2018 de l’Appel à Projets National du Programme National de l’Alimentation, la communauté d’agglomération a ainsi pu réunir une douzaine de signataires au sein d’un accord multi partenarial proposant une vision stratégique à 10 ans et un plan d’actions global.

Quatre axes stratégiques ont alors été fixés autour de :

  • L’installation, la transmission, le foncier agricole
  • Les filières agricoles alimentaires
  • La Transition agroécologique
  • La Restauration collective, éducation à l’alimentation

 

A partir de 2019 et la mise en place d’un programme de recherche-action avec l’association Les Greniers d’Abondance, la résilience alimentaire a été définie comme ligne conductrice du PAATD.

En 2020, une feuille de route en 6 enjeux a été validée pour en préciser les contours :

  1. Appui à la population agricole pour l’installation et la transmission
  2. L’accompagnement des changements des pratiques vers l’agroécologie
  3. L’implication des citoyens et des élus locaux
  4. L’éducation et le soutien à une transition pour une alimentation locale et de qualité
  5. Le soutien aux filières agricoles locales
  6. La relocalisation des filières alimentaires

 

Cette feuille de route est valable pour le mandat et comporte 12 objectifs opérationnels.

  1. Accompagner les changements de pratiques (HVE niv3  et agriculture biologique)
  2. Soutenir l’installation agricole par une animation et une connaissance renforcée du territoire (intégrant aussi l’agriculture urbaine)
  3. Préserver la vocation agricole des terres et du bâti agricoles
  4. Mettre en place un marché d’intérêt local
  5. Promouvoir et renforcer les achats alimentaires locaux
  6. Soutenir les initiatives locales (communales et citoyennes) contribuant à la sécurité alimentaire
  7. Développer les surfaces d’intérêts écologiques notamment les linéaires de haies
  8. Renforcer la démarche « Bien Manger à l’Ecole ; c’est l’affaire de ma commune »
  9. Promouvoir la pédagogie de l’alimentation aux enfants et aux parents
  10. Créer une filière locale blé – farine – pain (baguette charentaise)
  11. Soutenir la lutte contre les espèces invasives à travers des actions innovantes et partenariales
  12. Étudier la faisabilité et la pertinence d’utiliser du biocarburant OLEO 100 dans certaines flottes captives de l’agglomération

Présentation des actions clés par enjeu

Appui à la population agricole pour l’installation et la transmission

installation agriculture bioEvénement installation : après plusieurs éditions de l’Agritour installation, événement de mise en relation entre cédants et porteurs de projets agricoles, une édition renouvelée a eu lieu en 2022 : l’Instal’Agri, coorganisé avec la chambre d’agriculture de Charente. Cet événement s’est tenu début novembre et a permis aux porteurs de projets inscrits de bénéficier d’une présentation globale des atouts et ressources du territoire, pendant deux jours (présentation et mise en contact avec réseau de partenaires, visites de fermes exemples, visite de la ville…)

Espace test : un espace test maraîcher est installé sur GrandAngoulême, son animation est confiée à la SCIC Champs du partage. Pouvant accueillir simultanément deux porteurs de projets en maraîchage bio, il leur permet de tester leur activité et confirmer ainsi leur projet d’installation, tout en se constituant une clientèle localement. Afin de démultiplier cet outil sur le territoire et donner l’occasion aux entrepreneurs à l’essai de maintenir leur activité sur le même site, les espaces test temporaires, dits « en archipel » ont également vocation à se développer.

GrandAngoulême a signé une convention cadre ave la Safer et creuse la piste du portage et stockage de foncier en lien avec la région. Plus concrètement, elle a financé la réalisation d’études de diagnostic du foncier public agricole disponible sur des communes volontaires, pouvant être remobilisés et servir à installer des agriculteurs.

Enfin, des permanences animées par Chambre d’agriculture et MSA ont été proposées en 2021, au profit des agriculteurs en âge d’envisager et d’anticiper leur départ à la retraite.

Accompagnement du changement des pratiques agricoles

Collectif agroforesterie et démarche Vitirev :

Un groupe de travail agroforesterie a été créé associant les partenaires et opérateurs compétents, animé par GrandAngoulême. Son objectif : travailler sur les leviers pour développer l’agroécologie sur le territoire. Exemples d’aboutissements : une plaquette d’informations sur les opérateurs pouvant accompagner les porteurs de projets ; une journée technique en décembre 2022 destinée aux agriculteurs et techniciens qui les accompagnent afin de répondre à leurs besoins de montée en compétence sur la thématique. Ces démarches s’inscrivent dans le cadre d’un AMI dont GrandAngoulême est lauréat, le projet Vitirev qui vise à piloter et accompagner le changement des pratiques viticoles au sein de la région NA, pour en faire une zone exemplaire pour l’agroécologie française. Un projet financé par la Région NA et le PIA, via la caisse des dépôts et consignation.

Coopérations bilatérales :

Des conventions ont été signées avec différents acteurs du territoire, qui contribuent à développer une agriculture alternative, apte à s’adapter au changement climatique et à contribuer à son atténuation.

-avec la Ligue de Protection des Oiseaux : une convention visant à accompagner individuellement des agriculteurs dans leurs démarches d’agroécologie – la LPO étant bien identifiées par les agriculteurs ayant du parcellaire en zone Natura 2000, puisqu’animatrice des MAEC. 45 agriculteurs touchés via la convention 2021-2022.

-avec les Compagnons du végétal, une association locale travaillant à la promotion de l’agroécologie et de l’agriculture paysanne : étude en cours d’une convention pluriannuelle sur les volets agroécologie, soutien à l’installation et accompagnement des territoires.

Cofinancements diagnostics agricoles :

GrandAngoulême cofinance des diagnostics agricoles et diagnostics de conversion à l’AB, réalisés par la Maison de l’Agriculture Biologique, en complément des financements régionaux. 7/11 porteurs de projets accompagnés sont passés à l’AB en 4 ans.

Cofinancement plantations de haies avec le Département :

Le département de la Charente subventionne des projets de plantation de haies d’agriculteurs et collectivités. Face à l’augmentation du coût des plants, du paillage, etc. un projet de cofinancement par GrandAngoulême est à l’étude.

Structuration des débouchés

Dock de légumes

GrandAngoulême et la Maison de l’Agriculture Biologique ont répondu conjointement à l’appel à projets régional « Soutien aux circuits courts alimentaires » édition 2020, en présentant le projet « Dock de légumes ». La subvention obtenue a permis de financer l’animation d’une démarche de structuration de la filière maraîchère biologique en Charente, en explorant les solutions de mutualisation possibles entre maraîchers favorisant la sécurisation de la production et son développement : mutualisation d’assolements, de main d’œuvre, de matériel et d’un espace de stockage. Le projet a permis à un collectif de maraîchers de naître et se formaliser au sein de l’association « Paysans Charente Bio », et d’envisager également de travailler sur des débouchés communs, via la restauration collective. Depuis la rentrée 2022, les maraîchers approvisionnent donc certaines cantines et collèges du territoire chaque semaine, et un projet d’espace de stockage, lavage, conditionnement mutualisé sur le périmètre de GrandAngoulême est également en réflexion.

 Le marché d’Intérêt Local

Afin d’encourager l’approvisionnement en produits alimentaires locaux, GrandAngoulême mène, avec l’appui d’Atis France Active (association de l’ESS) une étude d’opportunité pour la création d’un Marché d’Intérêt Local, lieu de vente en gros de produits alimentaires de proximité à destination des métiers de bouche, pouvant offrir des espaces à la location (acteurs de l’agro-alimentaire) et doté d’une solution logistique (collecte et/ou livraison). Ce lieu est pensé pour être à proximité des autres lieux clé de l’agro-alimentaire en Charente, afin de permettre aux restaurateurs, acheteurs divers de centraliser et compléter leurs achats. Un site a été identifié (marché de gros de Grelet) et la SAEML Territoires Charente pourrait être le porteur du projet d’investissement.

Communication, sensibilisation

Cantine bio AngoulemeGrandAngoulême anime le réseau Bien Manger à l’Ecole, qui regroupe les communes volontaires disposant d’une cantine scolaire (30 à ce jour). Autour d’une charte co-construite par l’agglomération et les communes pionnières, les collectivités s’engagent à s’investir dans la lutte contre le gaspillage alimentaire, l’approvisionnement local et responsable, l’éveil alimentaire et le développement du fait maison, grâce à un projet alimentaire partagé. GrandAngoulême anime ce réseau d’agents et d’élus, en leur proposant des formations, des espaces ressources et en favorisant les partages d’expérience.

A noter, son adhésion au réseau 1 + Bio, Club des territoires, qui encourage les collectivités à développer des politiques alimentaires incitant à une restauration collective bio et locale. GrandAngoulême a été lauréate du concours Victoires des cantines rebelles de cette association et reconnue coup de cœur du jury en 2022 !

Les communes auront aussi la possibilité de se lancer dans une démarche de certification Ecocert, qui leur permet de réaliser un pré-audit (état des lieux des pratiques), et de viser ensuite une labellisation (une, deux ou trois carottes selon les objectifs qu’elles cibleront). Au-delà d’une reconnaissance, c’est avant tout un processus d’accompagnement et d’évolution des pratiques avec Ecocert qui leur est proposé, et qui leur permet de mettre en œuvre concrètement la charte Bien Manger à l’Ecole.

Le public étudiant est également la cible de ce travail de sensibilisation à travers un partenariat avec Le Centre d’Information Jeunesse d’Angoulême. Entre autres actions : un service de livraison de paniers de légumes locaux dans des points relais à coûts réduits pour les étudiants ; des ateliers culinaires tout au long de l’année pour encourager le fait-maison et l’alimentation saine.

Chaque année des écoles du territoire bénéficient de visites de fermes à travers les programmes pédagogiques pilotés par la direction transition écologique de GrandAngoulême.

Gastronomades AngoulemeCôté grand public, l’événement emblématique reste les Gastronomades, co-financé par GrandAngoulême et qui fait l’objet à chaque édition :

– d’un menu du chef, proposé dans les écoles et structures collectives du territoire et hors agglomération ;

– et d’un espace maraîcher, valorisant les partenaires de GrandAngoulême (stands et animations, démonstrations culinaires avec des chefs…).

Gouvernance

Le PAATD de GrandAngoulême est animé par le Vice-Président PLUi, stratégie agricole et circuits économiques de proximité. Deux agents sont mobilisés sur la mise en œuvre du projet agricole et alimentaire : une coordinatrice et une chargée de mission agriculture/alimentation.

D’un point de vue politique, deux instances clé sont associées :

-un comité de pilotage réunissant tous les signataires du PAATD (les citer), deux fois par an en moyenne.

-une commission agriculture/alimentation qui réunit des élus des 38 communes de l’agglomération, tous les deux à trois mois environ. Un partage des projets, des échanges sur les besoins et projets propres aux communes en matière de développement agricole.

A noter que chaque projet ou action du PAT fait l’objet d’instances de suivi propres (copil et cotech ; ou encore collectif).

Eléments financiers

Le budget annuel de fonctionnement du service s’élève à 225 000 € (année 2022), hors ingénierie. Il inclut les différentes subventions accordées aux partenaires pour la mise en œuvre du PAATD, les prestations, études, frais généraux (communications, adhésions diverses, entretien de l’espace test agricole…). Côté investissement, une petite réserve de 10 000 € était ciblée en 2022 pour des acquisitions foncières sur un site communautaire à vocation agroécologique.

En contrepartie, GrandAngoulême a perçu en 2021/2022 des subventions :

-dans le cadre d’un AAP régional pour le projet Dock de légumes

-dans le cadre du programme Vitirev dont elle est lauréate

Résultats

Quelques éléments chiffrés, pour illustrer les actions mises en place avec les partenaires :

Grâce à l’accompagnement de la LPO, 63 agriculteurs ont été contactés en Charente, et 34 sur l’agglomération. Parmi ces 34, 25 ont été accompagnés individuellement.

Grâce au travail effectué avec la Maison de l’Agriculture Biologique, entre 2019 et 2021, 7 personnes sur 11 accompagnées avec financement Grand Angoulême sont passées à l’AB sur leur exploitation.

Bilan à aujourd’hui de l’évolution de la BIO sur GA :

Fin 2019 :

–     39 producteurs bio dont le siège social est sur le territoire du Grand Angoulême totalisant une surface de 1069,51 ha engagés en bio

–     58 porteurs de projet (conversions ou installations) avec un total à convertir de 500,55 ha (a minima, car certains projets n’ont pas encore de surface bien définie), 13 d’entre eux nous ont contacté pour la première fois en 2019

–     Ces surfaces concernent principalement maraîchage et grandes cultures

 

Au 27/09/2022 :

  • 49 producteurs-trices bio dont le siège social est sur le territoire du Grand Angoulême totalisant une surface de 1579 ha engagés en bio
  • 56 porteurs de projet (conversions ou installations) avec un total à convertir de 570 ha (a minima, car certains projets n’ont pas encore de surface bien définie)
  • Ces surfaces concernent principalement maraîchage et un peu grandes cultures

 

Dans le cadre du projet Dock de légumes, 7 tonnes de légumes bio charentais ont été commercialisées auprès des restaurants scolaires du territoire, entre septembre et novembre 2022.

Facteurs de réussite

-La diversité des partenaires du PAATD

-Plusieurs années d’expérience et de travail relationnel pour légitimer l’action de l’agglomération

-Un soutien politique important en faveur d’une agriculture de qualité

Difficultés rencontrées

-Pour la construction d’une filière maraîchère bio, difficultés à assurer des débouchés réguliers à travers la restauration publique (cantines), chaque commune ayant la main

-Plus globalement, sur certaines actions, difficulté à travailler en synergie avec certains partenaires

Perspectives

-Poursuivre l’accompagnement à la structuration de filière bio territoriales, maraîchage dans un premier temps et autres types de productions à plus long terme

-Développer les actions en faveur de l’agroécologie

Contacts

Flora QUARANTIN, coordinatrice du PAATD – 05 45 93 08 36 – f.quarantin@grandangouleme.fr
Audrey LANNURIEN, chargée de mission agriculture/alimentation – 05 45 38 57 76 – a.lannurien@grandangouleme.fr

Ceci peut aussi vous intéresser

Restez informé !

La newsletter mensuelle « Territoires bio » rassemble chaque mois de nouvelles actualités, outils et retours d’expériences de collectivités locales engagées.

Veuillez renseigner votre adresse e-mail pour vous abonner à la newsletter.

Inscrivez-vous a notre newsletter !