Communauté d’Agglomération de l’Auxerrois

Découvrez l’expérience du territoire de la communauté d’agglomération de l’Auxerrois en route vers la bio

Carte d'identité du territoire

Territoire

La Communauté de l’Auxerrois se trouve dans le département de l’Yonne, en région Bourgogne Franche-Comté. Depuis le 1er janvier 2017, la Communauté de l’Auxerrois est composée de 29 communes et compte 70 182 habitants, dont la moitié réside sur la commune d’Auxerre.

Elle dépend de l’agence de l’Eau Seine-Normandie.

Trois captages principaux, tous prioritaires, assurent la majorité de la fourniture en eau potable. Il s’agit des captages de la plaine du Saulce, de la plaine des Isles, et des Boisseaux.

Auxerrois territoire

Caractéristiques agricoles

Selon le registre parcellaire graphique 2020, la Communauté d’agglomération compte :

  • 136 exploitations ayant leur siège déclaré dans une des 29 communes
  • 352 exploitations ayant au moins une parcelle dans le périmètre de l’Agglo

Les surfaces déclarées sont de 21 535 hectares de cultures, pour 8 973 parcelles. L’orientation dominante du territoire est en céréales pour 11 790 hectares, et oléo protéagineux pour 4 055 hectares, soit au total 15 845 hectares, équivalent à 72 % des surfaces agricoles (SAU) du territoire. Les prairies permanentes et temporaires occupent respectivement 2 178 ha et 452 ha, soit en cumul 12 % de la SAU totale. Ces surfaces sont faibles, en particulier pour les prairies temporaires, et reflètent la part peu importante de l’élevage avec pâturage dans la zone.

Le nombre d’exploitations agricoles a diminué de 38 % entre 2000 et 2018. 40 % des agriculteurs ont plus de 55 ans.

Le territoire compte trois élevages caprins et six élevages ovins, cinq élevages bovins lait, et une dizaine d’élevages bovins allaitants.

Les légumes de plein champ et le maraîchage comptent pour environ 3% de la SAU totale de la zone d’étude, soit 581 ha. Les vignes et vergers occupent 794 ha soit 4% de la SAU.

L’agriculture représente 2% de l’emploi local en 2017, soit 700 emplois, dont 60,6 % sont constitués par l’emploi salarié sur la ferme.

77 % des agriculteurs ont des débouchés en Coopérative ou en Négoce;

En 2020, la surface en agriculture biologique était de 3571 ha, soit 15,9%. Elle est en progression en 2021 et 2022.

Actions mises en œuvre

Sur le territoire de la Communauté de l’Auxerrois, 30% des parcelles cultivées pour l’agriculture et l’élevage (soit un peu plus de 7000 hectares déclarées à la PAC) sont situées sur une aire d’alimentation de captages (enjeu eau potable). Une partie non négligeable se situe également sur le bassin versant du ru de Baulche, avec une réglementation spécifique nitrates.

Les problèmes de qualité de l’eau sont dus aux nitrates, aux produits phytosanitaires et à leurs métabolites, en lien avec la simplification de l’agriculture depuis les années 1970 (diminution de l’élevage, simplification des assolements avec une prépondérance du colza, du blé et de l’orge).

L’amélioration de la qualité de l’eau est intimement liée à la (re)diversification de l’agriculture.

Les changements de pratiques agricoles, nécessaires au rétablissement de la qualité de l’eau, impliquent les agriculteurs, mais aussi tous les acteurs de la filière (collecte, stockage, transformation…)

Par ailleurs, l’évolution du climat va impacter durablement l’ensemble des cultures, qu’elles soient annuelles ou pérennes.

Or, l’agriculture est à la base de l’alimentation, et par corollaire, l’alimentation est un puissant levier de mutation de l’agriculture.

La lutte et l’adaptation au changement climatique s’appuient d’ailleurs sur les choix alimentaires pour faire baisser la contribution de l’agriculture à la production de gaz à effets de serre.

La Communauté de l’Auxerrois a choisi de construire un plan climat qui intègre la préservation des ressources en eau, l’agriculture, et l’alimentation. Toutes ces démarches sont liées.

Les compétences de la Communauté en matière d’alimentation en eau potable, d’aménagement du territoire, de développement économique et de lutte contre le réchauffement climatique conduisent naturellement à se préoccuper de l’activité agricole et de l’alimentation de sa population. Ces préoccupations se traduisent par les démarches engagées telles que le plan climat air énergie territorial, le projet alimentaire territorial, ainsi que le contrat territorial Eau et climat.

Auxerrois actions

A l’échelle de la Communauté, le plan climat de l’agglomération de l’Auxerrois intègre dans son plan d’action notamment de :

  • Développer l’autonomie alimentaire et réduire l’empreinte carbone de l’alimentation du territoire en favorisant les filières courtes
  • Soutenir et accompagner le développement d’une agriculture respectueuse de l’environnement, économe en énergie et résiliente sur le territoire

Le projet alimentaire territorial (PAT) se situe dans le prolongement des actions déjà engagées pour le climat et la préservation des ressources en eau. Il ajoute de la cohérence, en faisant le lien avec les filières et l’alimentation au sens large (humaine, animale, jusqu’à l’énergie comme la valorisation des biodéchets et co-produits de l’agriculture par la méthanisation…). Il s’appuie sur les démarches passées ou présentes visant à :

  • Identifier les besoins des exploitants (étude typologique agricole, enquêtes producteurs, études filières luzerne…)
  • Accompagner les mutations de l’agriculture (étude post conversion AB),
  • Connaître les potentialités culturales des sols, orienter les producteurs en recherche de diversification, et pour préserver particulièrement les sols à forte valeur agronomique

De son côté, la politique contractuelle du programme « eau et climat » 2019-2024 » de l’agence de l’eau Seine-Normandie constitue un élément important du 11ème programme pour mobiliser les acteurs dans les territoires à enjeux eau et biodiversité, les plus exposés aux conséquences du changement climatique du fait de problèmes de qualité ou de quantité d’eau préexistants et répondre aux défis de l’adaptation au changement climatique.

Cette politique contractuelle se décline notamment par la mise en œuvre de contrats de territoire eau et climat (CTEC). Ces contrats visent à obtenir, en priorité sur des territoires à enjeux « eau et climat » (bassin versant, aire d’alimentation de captage…), la mobilisation de maîtres d’ouvrage autour d’un programme d’actions prioritaires et efficaces pour la préservation des ressources en eau, la biodiversité et l’adaptation au changement climatique. Le CTEC est un outil de programmation pluriannuelle qui vient compléter les démarches engagées.

Accompagnement du changement des pratiques agricoles

Comprendre les mécanismes du changement – études sociologiques

En 2017 et 2020, la Communauté de l’Auxerrois a sollicité Bio Bourgogne pour réaliser une étude des profils d’agriculteurs du territoire (méthode OPAAL, puis méthode Sensibio). Ces études avaient comme objectif de mieux connaître le profil des agriculteurs d’un territoire en fonction de leurs tendances personnelles. L’analyse permet de déterminer le profil type des agriculteurs en fonction de leur représentation de leur métier. Elle permet également de déterminer le profil type en fonction de leur perception de l’agriculture et des agriculteurs biologiques.
Ces profils permettent ainsi de :
• Évaluer le potentiel d’évolution des agriculteurs d’un territoire vers l’agriculture biologique
• Avoir une connaissance plus fine des attentes et problématiques de la profession afin d’adapter au mieux les actions de développement de l’AB en fonction des profils des agriculteurs.

Pour permettre un développement massif de l’agriculture biologique sur le territoire de la Communauté de l’Auxerrois, il apparaît nécessaire d’adapter l’accompagnement des conversions au profil des agriculteurs. Selon leur profil, ceux-ci vont être plus ou moins sensibles et réceptifs aux actions menées. Pour adapter l’action au contexte local, les principaux enseignements sont de :
• Miser sur le collectif en favorisant les échanges entre agriculteurs bio et non-bio
• S’appuyer sur des collectifs ou groupes existants (GEDA, CUMA, coopératives, etc…)
• Poursuivre la sensibilisation des agriculteurs, de leurs proches, et des consommateurs
• Poursuivre les accompagnements individuels techniques et personnels (renforcer le volet humain)
• Créer des conditions économiques favorables en structurant des filières (courtes et longues) et en assurant la valorisation des productions bio locales
• Soutenir l’expérimentation et réfléchir à une aide financière pour les producteurs en conversion

Animation bio

Le Groupement des Agriculteurs Biologiques de l’Yonne (GABY) s’appuie sur Bio Bourgogne pour l’animation à l’agriculture biologique sur les captages :
• Sensibilisation des agriculteurs (organisation de journée de découverte de la bio, en partenariat avec la Chambre d’Agriculture, formations),
• Réalisation des études technico-économiques préalables à la conversion.

Par ailleurs, des cafés installations et des soirées transmission sont réalisées par Bio Bourgogne en partenariat avec Terres de Liens et la Chambre d’agriculture pour rapprocher les cédants et les porteurs de projet en recherche de foncier.

GIEE agriculture de conservation des sols

En 2015, un groupe d’une quinzaine d’agriculteurs constitué en association a été reconnu Groupement d’intérêt économique et environnemental (GIEE). L’objectif du projet est de vérifier collectivement que la technique du semis sous couvert végétal permet d’améliorer à la fois la qualité de l’eau, du sol et d’obtenir de bons résultats économiques.
L’accompagnement du groupe d’agriculteurs est fondé sur 3 actions :
• Expérimenter des pratiques innovantes
• Communiquer : Échanger et former
• Mesurer

Action foncière

La Communauté de l’Auxerrois a signé en 2018 une convention avec la SAFER Bourgogne Franche-Comté, afin de faciliter la mise en réserve de parcelles sur des zones à enjeux eau potable. Le faible dynamisme des échanges fonciers a milité pour la rédaction d’un avenant dans lequel la SAFER mène désormais un diagnostic foncier auprès des propriétaires et exploitants d’une aire d’alimentation de captage. L’objectif est un regroupement du foncier et la création d’une réserve foncière pour la Communauté, en vue de confier les parcelles via un bail rural environnemental assis sur le cahier des charges de l’agriculture biologique.

Par ailleurs, la Communauté va mettre en place dès 2023 l’exonération de la taxe foncière sur les propriétés non bâties pour les parcelles en agriculture biologique.

Structuration des débouchés

La Communauté de l’Auxerrois a signé en 2022 une convention de partenariat avec Bio Bourgogne pour une durée de 3 ans. Cette convention porte notamment sur la réalisation d’études technico-économiques pour des filières bio locales (meunerie, malterie, brasserie, jus végétaux, légumes secs…). Elle fait l’objet d’un soutien financier de l’Office Français de la Biodiversité.

L’ambition est d’accompagner des groupes de producteurs ou des acteurs des filières dans l’étude de faisabilité de ces filières locales, et de faciliter leur émergence.

Par ailleurs, la Communauté de l’Auxerrois a engagé en 2022 la construction d’un projet alimentaire territorial, visant notamment le rapprochement de l’offre et de la demande alimentaire, en tenant compte des spécificités du territoires, tant au niveau pédoclimatique, qu’au niveau des acteurs de la production, de la collecte, transformation, distribution et restauration. Le volet social de l’alimentation est partagé avec le PAT engagé par le Conseil départemental de l’Yonne.

Au niveau de la restauration collective, la Communauté a cofinancé une étude réalisée par un groupement d’achat public pour la restauration collective, en vue d’adapter les cahiers de charges et appel d’offres pour répondre à la loi Egalim.

La création de commandes spécifiques de produits issus de l’agriculture biologique a permis à un opérateur local (Manger Bio Bourgogne Franche-Comté) de répondre à l’appel d’offres et de remporter le marché, permettant ainsi à des producteurs bio et locaux de fournir la restauration collective de 110 établissements publics du Nord Bourgogne.

Communication, sensibilisation

Depuis 2019, la communauté de l’Auxerrois met à disposition des communes et du grand public une exposition itinérante sur l’eau (l’Exp’Eau), qui traite des origines de l’eau, de ses cycles, des usages et des risques, mais aussi des solutions déployées sur l’Auxerrois. Elle est accompagnée de deux films, l’un concernant le GIEE en agriculture de conservation des sols, l’autre dressant le portait d’agriculteurs en agriculture biologique.

En 2021, la Communauté a également participé à la réalisation d’un film sur l’eau et l’agriculture biologique, produit par l’ADENY et Yonne Nature Environnement : « Chemin de terre et d’eau : la bio naturellement ».

Le site internet de la Communauté, son journal bimensuel et les réseaux sociaux sont également des vecteurs d’information des actions réalisées en faveur de l’eau et de l’agriculture biologique.

Gouvernance

La gouvernance diffère selon la thématique envisagée.

Les actions de protection des captages, encadrées dans la charte locale des pratiques agricoles favorables à la qualité de l’eau, sont discutées et évaluées au sein d’un Comité de pilotage associant à parité des représentants des agriculteurs et des collectivités, ainsi que les services de l’État et ses établissements publics, les représentants des consommateurs et les associations de défense de l’environnement, les coopératives et négoces, les structures de conseil agricole.

Ce copil de la charte pourrait devenir l’instance de dialogue et de débat pour l’ensemble des actions menées par la Communauté en matière de préservation des captages.

Le Comité scientifique, composé d’un groupe d’experts de la recherche (INRAé, CNRS) et de l’enseignement supérieur, a depuis 2006 accompagné à de nombreuses reprises la Communauté de l’Auxerrois pour évaluer les programmes d’actions réalisés (évaluation) et proposé des orientations sur les pistes à suivre. La difficile acceptation des recommandations des experts par les acteurs agricoles amène la Communauté à reconsidérer le Comité Scientifique. Si sa plus-value est incontestable, sa composition et sa place dans le cadre de la gouvernance doivent être réévalués.

Eléments financiers

La Communauté de l’Auxerrois emploie deux agents (1,5 ETP) pour la préservation des captages d’eau potable. Elle finance également 0,5 ETP à Bio Bourgogne depuis 2017 par le biais d’une convention, notamment pour le développement des filières bios locales et l’accompagnement des producteurs à l’agriculture biologique.

Une enveloppe de 500 000 €/an a été votée fin 2018 pour financer la politique préventive, tant sur le volet connaissance que sur le volet soutien financier aux actions.

Résultats

61 exploitations sur 352 (soit 17 %) sont engagées en Bio en 2020. Cela représente 15,9 % de la SAU du territoire qui est Bio en 2020.

L’évolution de la qualité de l’eau au captage ne traduit pas les performances des actions mises en place sur le territoire. Le temps de transfert de l’eau, eu égard à la taille des bassins d’alimentation de captages, varie de 1 à 25 ans, dans une proportion variable de 10 à 25% pour l’eau de moins d’un an sur la plaine du Saulce. Pour obtenir des données traduisant les performances des changements de système de culture, la CAA travaille au suivi d’indicateurs (eaux de sources issues de micro bassins versants, reliquats) et à l’amélioration des connaissances des circulations des eaux souterraines.

Facteurs de réussite

  • Un climat de confiance entre élus, conseillers et acteurs du monde agricole
  • Une orientation politique stable et constante en faveur de la protection des captages

Difficultés rencontrées

  • Peu de conversion à la bio sur les aires d’alimentation de captages, en l’absence de « noyau » d’agriculteurs à proximité en agriculture biologique, et peu d’élevage
  • Temps de transfert de l’eau très long, induisant une absence d’amélioration au captage et une érosion de la mobilisation des acteurs de l’agriculture, et qui sème le doute sur l’efficience de la politique préventive.
  • Terres à faible potentiel (zone intermédiaire des plateaux de Bourgogne)
  • Difficulté à mettre en réserve du foncier pour récupérer les parcelles les plus vulnérables, proches du captage (hors du périmètre immédiat)
  • Difficultés à donner envie et confiance aux agriculteurs pour qu’ils changent de référentiel de production
  • Dispositifs financiers limités dans le temps et parfois difficiles à adapter aux situations particulières du territoires et des exploitations.

Perspectives

  • Evaluer la faisabilité de développement de filières bio territorialisées, et accompagner leur émergence
  • Mettre en place des dispositifs financiers (fonds d’initiative local agricole) en faveur du développement d’agricultures compatibles avec la qualité de l’eau
  • Travailler en partenariat sur le renouvellement des générations d’agriculteurs, et faciliter l’accueil de porteurs de projets en bio (en maraîchage, en grande culture, en polyculture élevage)
  • Travailler en synergie avec l’ensemble des domaines de compétences de la Communauté de l’Auxerrois : alimentation, climat air énergie, santé, urbanisme… et avec les territoires voisins (PETR Grand Auxerrois notamment)

C'est à refaire

  • Etudier les profils d’agriculteurs pour adapter la politique d’accompagnement
  • Inciter au changement par un travail sur les filières,
  • Sortir du discours sur la préservation des captages d’eau potable, et recentrer sur la production de denrées alimentaires ou énergétiques pour diversifier les cultures et les filières

Contacts

Xavier ANTOINE  ● Chargé de mission captages, agriculture et alimentation ● Communauté d’agglomération de l’Auxerrois ● 03 86 98 08 38 ● xavier.antoine[at]auxerre.com

Sandrine VATINELLE ● Conseillère agri-environnement ● Communauté d’agglomération de l’Auxerrois ● 03 86 72 48 78 ● sandrine.vatinelle[at]auxerre.com

Ceci peut aussi vous intéresser

Restez informé !

La newsletter mensuelle “Territoires bio” rassemble chaque mois de nouvelles actualités, outils et retours d’expériences de collectivités locales engagées.

Veuillez renseigner votre adresse e-mail pour vous abonner à la newsletter.

Inscrivez-vous a notre newsletter !